Réinitialiser le mot de passe

Your search results
11 mars 2019

Saint-Louis du Sénégal »patrimoine culturel et historique »

Saint-Louis du Sénégal : une atmosphère unique, Un patrimoine architectural, culturel et historique très riche

Saint-Louis du Sénégal est emblématique à travers la réduction par l’océan Atlantique de la langue de Barbarie, bande de terre séparant la mer du fleuve Sénégal. Car, faut-il le rappeler, Saint-Louis est une ville baignée à la fois par la mer et un fleuve. Au pays de Léopold Sédar Senghor, académicien et premier président du Sénégal, quand on dit « Saint-Louis du Sénégal », vient à l’esprit cette phrase de l’écrivain Ousmane Socé Diop (1911-1973) « vieille ville française, centre d’élégance et de bon goût sénégalais ». Oui, la ville de Saint-Louis est bien une création européenne, construite ex nihilo, organisée à l’origine à partir d’un navire ancré au large de la côte. Tout commence en 1633 quand la Compagnie du Cap-Vert établit un premier comptoir pour la traite des esclaves sur une île à l’embouchure du fleuve. Dix ans plus tard, le comptoir est transféré par Louis Caullier dans une zone moins inondable, l’île de Ndar, qui prend alors le nom de Saint-Louis en l’hommage au roi de France.

Le pont Faidherbe, monté en 1897, est devenu le symbole de Saint-Louis

La naissance d’une ville déjà métissée à la fin du XVIIIe siècle jusque l’essor de la ville sous l’impulsion de Faidherbe

En 1780, la ville compte 7 000 habitants, dont 2 400 mulâtres et 660 Européens. Les signares, femmes issues de métissage entre les Européens de passage et les Saint-Louisiennes, bâtissent des maisons à étages avec cour intérieure et appartements privés, dont une partie est louée aux militaires, personnel administratif et négociants européens. Le commerce de la gomme s’intensifie et attire de nombreux ruraux. La ville compte en 1838 près de 12 000 habitants. Dès 1820, des sociétés de négoce, souvent originaires de Bordeaux, puis de Marseille, ouvrent des agences à Saint-Louis. Après l’abolition de l’esclavage en 1848, les sociétés comme Maurel et Prom vont élever le long des quais de vastes entrepôts où s’échangent les marchandises amenées par le fleuve et les produits manufacturés importés.
Reflet d’un développement intensif, de nombreux bâtiments civils, publics, religieux et militaires voient le jour dès la première moitié du XIXe siècle : l’église est inaugurée en 1828, les hôpitaux militaire et civil ouverts en 1822 et 1840, le palais de justice édifié de 1844 à 1846, les casernes d’Orléans et Rognat élevées en 1830 et 1843, l’institution des sœurs de Saint-Joseph de Cluny et l’école des frères Ploërmel sont fondées en 1826 et 1841 alors que la mosquée est achevée en 1847.

Statue commémorative de Louis Faidherbe, gouverneur général qui a impulsé l’essor de la ville de Saint-Louis. © HENRI TABARANT

De 1854 à 1864, Faidherbe entreprend une série de travaux qui confirment l’essor de la ville. Il dégage les voies de circulation, trace le boulevard extérieur et commence l’aménagement des quais, lutte contre les inondations par des travaux de remblais et d’assainissement des berges, réglemente l’implantation des constructions, notamment à la périphérie, encourage les constructions en dur, rase une partie des paillotes, édifie une nouvelle prison et un hospice civil pour les indigents et relie l’île à Guet Ndar et Sor par des ponts permanents. L’âge d’or de la ville s’étend durant le dernier quart du XIXe siècle. À partir de 1879, elle est le siège du Conseil général de la colonie dont on achève le bâtiment en 1888. En 1895, Saint-Louis devient la capitale de l’Afrique-Occidentale française (AOF) regroupant le Sénégal, le Soudan, la Guinée et la Côte d’Ivoire. Le chemin de fer reliant Dakar à Saint-Louis arrive à Sor en 1885 (la gare actuelle ne datant que de 1908) et le pont Faidherbe à charpente métallique remplace le pont de bateaux en 1897. L’île est alors dotée d’une adduction d’eau potable, de trottoirs et d’un éclairage public ; la totalité de la superficie habitable est lotie. À cette époque, l’île compte 20 000 habitants.

Un joyau d’architecture préservé

Des pirogues sur le fleuve, des bâtiments bien dans l’architecture saint-louisienne: une image typique de la ville. © Nicolas Thibaut

L’île Saint-Louis présente un ensemble urbain, architectural, historique et culturel parmi les plus remarquables de l’Afrique de l’Ouest. C’est un des exemples bien conservés de villes coloniales, anciens comptoirs commerciaux développés à partir d’un fort comme à Gorée, Rufisque et Carabane au Sénégal et Grand-Bassam et Bingerville en Côte d’Ivoire. Ce site lagunaire et marécageux est choisi pour des raisons stratégiques en raison de sa proximité de la mer et de la facilité de défense.

 

Ville du Sahel, Saint-Louis du Sénégal a une architecture de type méditerranéen

On y retrouve, à partir de la première moitié du XIXe siècle, une architecture de type méditerranéen adaptée au climat tropical et au milieu colonial : maison autour d’une cour, répartissant lumière et fraîcheur. Près de la moitié des maisons sont en rez-de-chaussée : le tiers d’entre elles, construites en brique, portent des toitures de tuiles mécaniques, à deux versants, le reste est couvert en terrasse avec acrotères dont les avancées forment un pare-soleil.
Les maisons à étage, légèrement moins nombreuses que les précédentes, construites en brique, s’organisent également autour de la cour.

Vue de maisons représentatives de l’architecture saint-louisienne. © Nicolas Thibaut

Les logements de l’étage sont distribués en enfilade par une coursive et disposent côté rue de porte-fenêtre symétriques donnant sur un balcon généralement protégé par un auvent en tuiles mécaniques. Les plus vieilles balustrades sont en bois, quelques-unes en fer forgé. Les plus récentes et les plus restaurés sont en ciment.
La plupart des rez-de-chaussée de ce type de maisons étaient à usage de boutiques, dont les plus anciennes s’ouvraient dans des arcades en plein centre. Les enduits des maisons les plus anciennes sont colorés en ocre ou en rose et les entrées sont soulignées par des encadrements moulurés et peints.

Vue de maisons de Saint-Louis. © STEPHANE FRANCES

La cité de Saint-Louis du Sénégal, vieille de plus de trois siècles, s’est peu à peu endormie au XXe siècle, avec la perte de son pouvoir économique et administratif, entraînant la dégradation ou la disparition de bâtiments remarquables. La confrontation entre l’état actuel et la couverture aérienne de 1972 est alarmante : de nombreux édifices civils ont été rasés ou sont dans un état de ruine nécessitant une totale reconstruction, de nombreuses baraques en bois et plusieurs entrepôts ont également été rayés de la carte durant ces dernières années. L’état du patrimoine est alarmant : 10 à 20 % des constructions menacées de ruine et plus de 30 % nécessitent de grosses réparations… Les rares restaurations effectuées ne respectent pas les détails de façade : encadrements moulurés des baies, balcons en bois ou en ferronnerie surmontés d’auvent couvert en tuiles, coloration des enduits…

Un classement Unesco justifié pour un site d’exception 

Une vue d’oiseaux dans le Djoudj, l’un des plus importants parcs ornithologiques d’Afrique © THIERRY GRUN

La sonnette d’alarme avait été actionnée dès les années 1970. En 1973, le Conseil national de l’urbanisme déplore l’état de délabrement continu de la ville de Saint-Louis, qui est ajoutée sur la liste des monuments et des sites historiques en août de la même année.
Le classement au patrimoine mondial de l’Unesco en 2000 couronne une série d’études et de missions, d’initiatives et d’actions d’information et de sensibilisation. Ce classement porte la ville de Saint-Louis et le Sénégal au-devant de la scène internationale et implique un engagement fort des collectivités locales et des administrations nationales dans une politique de sauvegarde et de mise en valeur de l’île Saint-Louis du Sénégal.Dans le cadre d’un projet Unesco, « Gestion durable du patrimoine mondial pour la lutte contre la pauvreté », l’Unesco étudie la faisabilité de la mise en place d’un fonds d’aide pour la restauration du patrimoine bâti en actionnant les leviers locaux de financement tout en protégeant les populations par le développement des activités économiques.

L’Hôtel de la Poste à Saint-Louis, symbole d’une certaine architecture mais aussi réputé pour avoir abrité pendant leurs escales de grands aviateurs de l’Aéropostale comme Jean Mermoz et Antoine de Saint-Exupéry. © THIERRY GRUN

Nos recommandations IBOO

À voir

Montez sur un des toits de Saint-Louis pour en admirer son panorama avec son emblématique pont Faidherbe réalisé par Nouguies !

Flânez dans les rues de la ville pour découvrir tour à tour les entrepôts côté fleuve, les multiples boutiques où se lisent encore les noms des riches commerçants français, symboles d’une époque révolue ; les maisons coloniales notamment la plus grande de toutes, la Maison rose ; le quartier militaire ; l’étonnante et massive grue à vapeur abandonnée ; le quartier des pêcheurs ; etc.

Vous serez par contre parfois surpris par le contraste entre les banlieues et la ville historique, il y a parfois des petites difficultés de prendre des photos de la population, adorable et paisible population pouvant parfois être excédée d’être photographié par les touristes.

Que faire

Première étape conseillée, le syndicat d’initiative de la ville de Saint-Louis. Une fois la documentation rassemblée, vous avez l’embarras du choix : visite du petit musée consacré à Jean Mermoz et l’aventure de l’Aérospatiale ; farniente sur les plages de la langue de Barbarie ; visite du Parc national du Djoudj, une réserve ornithologique de 16 000 hectares, située à 60 km de Saint-Louis ; diverses chasses possibles ; pêche au gros ; etc.

À déguster

La spécialité de Saint-Louis du Sénégal à déguster absolument est le poisson farci à la saint-louisienne. L’authentique plat est cuisiné avec du mulet de mer. Une farce est réalisée avec la chair émiettée du poisson, mélangée avec du pain, du piment, des oignons verts, etc. Ensuite, la peau épaisse du mulet est fourrée, recousue et cuite au four. Le tout est présenté avec de la sauce et du riz, un délice, il se dirait même que le meilleur Thieboudienne du Sénégal se ferait à Saint Louis.

Incontournable : le Festival International de Jazz de Saint Louis

Le Festival International de Jazz de Saint-Louis du Sénégal est aujourd’hui l’une des plus importantes manifestations internationales du jazz. Chaque année, au printemps Saint Louis devient le carrefour du Jazz, exposant son patrimoine architectural au reste du pays et du monde et accueillant les amoureux du jazz de toutes les générations. Venus de loin, beaucoup de spectateurs séjournent plusieurs jours à Saint Louis et voient quelques-uns des spectacles parmi la dizaine programmée et aussi les manifestations du Off, la foire ou les expositions. Le Festival réussit l’alliance originale d’un public populaire avec la création internationale. Saint-Louis du Sénégal, c’est également un esprit : la ville est un forum à ciel ouvert, où les festivaliers parlent des spectacles et partagent leurs expériences de spectateurs. Une semaine durant, tous peuvent avoir accès à une musique contemporaine et vivante.

Le programme est composé d’une dizaine de spectacles avec des géants de la Musique et du jazz en tête d’affiche, mais aussi de d’expositions, de concerts …, qui sont autant d’entrées dans l’univers de la musique et de l’art. Il y a, chaque soir au Festival, une ou plusieurs « premières », qui font de Saint Louis, un véritable lieu de créations et d’aventures, pour les artistes comme pour les spectateurs.

27éme édition du Festival International de Jazz à Saint-Louis, du 26 Avril au 1er Mai 2019.

meilleur logement iboo

Catégorie: Blog, Tourisme

2 commentaires sur « Saint-Louis du Sénégal »patrimoine culturel et historique » »

  • Zeina
    on 9 avril 2020

    Magnifique! De belles images et une merveilleuse description de Saint-Louis avec un patrimoine architectural, culturel et historique à découvrir. Merci de m’avoir offert ce beau voyage touristique à travers la plume.

    Répondre
    • on 13 mai 2020

      Merci Zéina pour ton témoignage, une incroyable ville à découvrir absolument 😇

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

/*
*/